mercredi 13 février 2008

Le mythe du nombre d'or

Le fameux nombre d'or, découvert par Euclide (4ème-3ème siècle av. JC.), n'est qu'un nombre mathématique aux propriétés certes intéressantes, mais loin d'être extraordinaires.
Ce n'est qu'en 1930 que le roumain Matila Ghyka se met à le voir partout dans la nature, les monuments et les tableaux de maître. Dès lors, il devient le critère du beau, de l'harmonie et de la perfection.

Pourtant, rien de tout ceci n'est fondé, et nous allons voir quelles sont les techniques pour créer un tel mythe:

  • On choisit un nombre (au hasard le nombre d'or) et on se met à le chercher partout (en faisant des rapports de certaines longueurs). Statistiquement, on va nécessairement le trouver dans certaines oeuvres naturelles ou artisitiques.
  • Pour les oeuvres qui ne "respectent" pas ce nombre, on s'autorise quelques imprécisions de mesure afin d'y déceler malgré tout le nombre sacré: il suffit par exemple d'enlever une marche au Parthénon, ou de considérer que le rapport des rayons du Nautile fait 1,618 (la valeur arrondie du nombre d'or) alors qu'en fait il est de 1,3254.
  • On souligne le côté mystique, l'incroyable (et pourtant si probable!) harmonie, le talent des grands artistes capables d'exploiter les lois suprêmes (on est pas loin de l'Intelligent Design).
  • On exploite l'effet placebo afin de convaincre les amateurs d'art qu'ils peuvent ressentir l'harmonie de ce nombre en regardant les pyramides ou le Washington Monument (alors que des tests ont été menés prouvant que les gens n'étaient pas sensibles à ce ratio sacré)


Avec une telle recette, il ne vous reste plus qu'à lancer un mythe sur votre nombre fétiche. Mais faîtes vite, d'autres l'on fait avant vous (les nombres suivants sont déjà pris: 13, 7, 11, 5, .... et feront peut-être l'objet de prochains articles)

1 comments:

Sara a dit…

Exactement comme dans le film "Le nombre 23" où Jim Carrey s'efforce de trouver le nombre 23 un peu partout au point d'en devenir complètement ridicule.